Bonté divine - Rencontre amoureuse

Année de création : 2003

 
close

Bonté divine

création 2003

chorégraphie Pascale Houbin, Dominique Boivin

« Nous abordons l'histoire d'Héloïse et Abélard, personnages médiévaux, archétypes d'une aventure amoureuse passionnante et passionnée, reliant le monde laïc à la spiritualité, l'amour charnel à la dévotion divine, questionnant le sens de la fidélité, de l'engagement, celui du sacrifice, de la foi, du renoncement. Nous avons créé "Bonté divine" avec humour, intuition, abandon, cœur. »

Pascale Houbin, Dominique Boivin

Presse

« Cette pièce nous replonge dans l'histoire d'Abélard et Héloïse, deux médiévaux sacrément contemporains. Avec l'humour, la délicatesse, la tendresse qu'on leur connaît, les deux danseurs et chorégraphes, associés pour l'occasion, transforment la scène en une chambre d'enfants. Ils jouent, l'histoire, sans passer par les procédés narratifs conventionnels. Emportent le spectateur dans un monde de légende, en convoquant Boris Vian, Brigitte Fontaine ou Georges Brassens.

Avec un seul rétroprojecteur qui remplace bien des vidéos, le couple dit tout du spirituel, dans tous les sens du terme… Un vrai moment de grâce ».

Marie-Christine Vernay, Libération, 30 juillet 2004

Générique

chorégraphie et interprétation Pascale Houbin, Dominique Boivin lumières Patrice Besombes montage musical Pascale Houbin, Dominique Boivin réalisation musicale Jean-Jacques Palix réalisation décor Eric Lamy, Romuald Deprez régie générale Eric Lamy
réalisation
Centre national de la danse

durée 58 minutes

En savoir plus

Entretien avec Dominique Boivin dans Numeridanse
Bonté divine - entretien

Dernière mise à jour : décembre 2010

Boivin, Dominique

Dominique Boivin suit une formation en danse classique, puis se dirige vers la danse contemporaine. Il découvre l'enseignement d'Alwin Nikolais par Carolyn Carlson et les danseurs du GRCOP (Groupe de recherche chorégraphique de l'Opéra de Paris). En 1978, sa première pièce « Quelle fut ta soif ? » remporte le prix de l'humour au Concours de Bagnolet. Été 1979, il crée pour le Festival d'Avignon un solo, « L'homme cheval », composé de gestes minuscules orchestrés de façon mathématique.

Il obtient en décembre 1979 une bourse d'étude d'un an pour une formation à New York où il suit les cours de Merce Cunningham, Douglas Dunn, Lucinda Childs et Meg Harper.

Invité à rejoindre la compagnie du CNDC d'Angers, alors dirigé par Alwin Nikolais, il rencontre plusieurs danseurs avec qui il crée en 1981 la compagnie Beau Geste.

Dominique Boivin alterne alors un travail d'interprète au sein de différentes compagnies (Grand Magasin/P. Murtin, F. Hiffler, DCA/P. Decouflé, Astrakan/ D. Larrieu) et de créations : « Belles de Nuit » (1991), « Carmen » (1992), « La Belle Etoile » (1993), « Cabaret Pataphysique » (1993). Le solo « La danse, une histoire à ma façon... » (1994, repris en 2000) expose avec brio une culture du geste subtile qui structure en sous-main ses chorégraphies. Il signe la chorégraphie des opéras « Orphée aux Enfers » (Genève, 1997) et « Les Amours de Bastien et Bastienne » (2002, Rouen, Paris), ainsi qu'une relecture du ballet « Casse-Noisette » pour le Ballet de l'Opéra de Lyon (2001). Parallèlement, il continue de créer pour la compagnie Beau Geste, « Petites histoires au-dessus du ciel » (1996), « Conte sur Moi » (2000), « Miniatures de l'Émoi » (2003).

Il collabore avec La Petite Fabrique en chorégraphiant le duo « Le Lion et le Rat » dans le cadre du projet Les Fables à la Fontaine (2002) et avec la compagnie Non de Nom/Pascale Houbin avec qui il signe « Bonté Divine » (2003) puis « Ni d'Ève, ni d'Adam » (2007).

Il aborde le spectacle de rue avec la création de « Transports exceptionnels » (2005) duo pour un danseur et une pelleteuse puis s'engage avec « À quoi tu penses ? » (2005) dans le rapport danse/théâtre autour des monologues de l'écrivain Marie Nimier.

En savoir plus

Ressource électronique de la médiathèque du Centre national de la danse
Dominique Boivin

Site internet de la compagnie
Compagnie Beau Geste

Dernière mise à jour : novembre 2010


Houbin, Pascale

Danseuse, chorégraphe, Pascale Houbin, après avoir suivi des études d'histoire et d'archéologie, a fondé la compagnie "Non de Nom " en 1987.
Elle a été interprète de Daniel Larrieu, Philippe Decouflé, Sidonie Rochon, le groupe Alis (Dominique Soria, Pierre Fourny).
En 1986, elle est professeur diplômée à la Fédération Française de Hatha Yoga et enseigne régulièrement.

Avec sa manière unique de plier et déplier l'espace autour d'elle, de broder finement une gestuelle claire et ciselée, elle frotte ses mots avec ses gestes et continue l'invention de son propre langage. Son écriture chorégraphique s'imprime alors dans l'espace scénique comme une véritable poésie visuelle.

A partir de 1999, elle s'engage dans une suite de collaborations artistiques avec d'autres créateurs, chorégraphes, conteurs, comédiens ou marionnettistes.

Depuis octobre 2002, elle développe en parallèle un projet de recherche et d'expérimentation "Aujourd'hui à deux mains". Il s'agit d'une collection de portraits de gestes, filmés « à blanc » dans différents métiers (pépiniériste, boulanger, pilote de chasse, couturière…).
En 2010, elle crée une pièce en résidence à l'IVT (International Visual Theatre, dirigé par Emmanuelle Laborit).

Ses dernières créations

Justaucorps 2010
Aujourd'hui à deux mains 2009
Ni d'ève ni d'adam 2007
À blanc 2004
Bonté divine 2003
Mito-Mito 2000
Parole 1999
Récital 1998
Rhizome 1998
Germen et Soma 1995

En savoir plus

Site internet de la compagnie
Compagnie Non de Nom

Dernière mise à jour : janvier 2011

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection