Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Giselle

Maison de la Danse de Lyon 2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Masilo, Dada (South Africa)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la Danse de Lyon , Saisons 2010 > 2019

Integral video available at Maison de la danse de Lyon

en fr

Giselle

Maison de la Danse de Lyon 2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Masilo, Dada (South Africa)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la Danse de Lyon , Saisons 2010 > 2019

Integral video available at Maison de la danse de Lyon

en fr

Giselle

Dada Masilo n’en finit pas de réinventer le répertoire classique. Après ses détonantes versions du Lac des cygnes ou de Carmen, la chorégraphe  surdouée de Johannesburg revisite cette fois Giselle, l’un des grands  ballets romantiques du XIXe siècle. Dans le livret d’origine, écrit par  Théophile Gautier, une jeune paysanne périt suite à la trahison de son  amant, aristocrate déguisé, mais revient d’entre les morts pour le  protéger de la colère vengeresse des Wilis, fantômes de femmes  abandonnées. Point de pardon chez Dada Masilo : auprès d’esprits  traditionnels africains, sa Giselle connaîtra le chagrin et la  vengeance, synonyme, ici, de libération. Percussions africaines et voix  viennent colorer la partition d’origine d’Adolphe Adam, revue par le  compositeur sud-africain Philip Miller. Une relecture ancrée dans le  temps présent, théâtrale et percutante.


Source : Programme de la Maison de la Danse de Lyon

Giselle

Giselle, -"ballet-pantomime en deux  actes" créé à Paris le 28 juin 1841 à l'Académie royale de musique, et  salué dans l'histoire de la danse comme l'apothéose du ballet  romantique- pourrait bien nous sembler aujourd'hui être la plus ancienne  oeuvre chorégraphique du répertoire née de la convergence de multiples  sources créatrices.


Archétype du ballet romantique, Giselle  reprend le grand thème traditionnel de l'amour plus fort que la mort,  motif qui remonte au mythe d'Orphée et Eurydice pour atteindre son  apogée au milieu du XIXe siècle et tout au long des décennies suivantes  dans les drames musicaux de Richard Wagner.


De quoi s'agit-il ? Giselle, fille des  champs naïve et innocente, s'éprend d'un bel inconnu dont elle se croit  aimée en retour. Entourés de leurs amis, tous deux se réjouissent de cet  amour partagé, sous l'oeil jaloux du garde-chasse Hilarion qui soupire  lui-même pour Giselle.


Hilarion découvre qui est le bien-aimé de la  petite paysanne : un jeune noble du nom d'Albrecht. A l'occasion de la  visite du prince accompagné de sa suite pour une partie de campagne, les  deux rivaux s'affrontent, et la véritable identité d'Albrecht est  dévoilée. On apprend de surcroît qu'Albrecht est fiancé à Bathilde,  fille du prince. Giselle, d'une nature déjà des plus fragiles, en perd  la raison.
Elle s'empare de l'épée d'Albrecht pour s'en transpercer le sein avant de se lancer dans une danse mortelle.


L'acte II se déroule au bord d'un étang,  la nuit, dans la forêt. On aperçoit une tombe dont la croix porte  l'inscription "Giselle". C'est le royaume de Myrtha, reine des Willis.  Myrtha est à la tête d'une armée de jeunes vierges mortes, dont les  spectres nocturnes attirent en ces lieux leurs fiancés infidèles jusqu'à  ce que mort s'ensuive. Hilarion lui-même, que Giselle a éconduit, est  attiré en cette heure de la nuit auprès du tombeau de la jeune fille  pour subir ce sort. Survient Albrecht qui vient se recueillir sur la  tombe de Giselle. Ayant appelé la défunte, Myrtha la contraint à prendre  Albrecht dans ses filets en dansant. (...) Au moment où il finit par  être à bout de force, une clochesonne la fin de l'heure des spectres.  Les Wilis doivent regagner leurs tombes. Giselle quitte Albrecht en  sachant qu'elle vient de lui sauver la vie.


Giselle rejoint ainsi ces personnages féminins si chers au romantisme, qui se sacrifient jusqu'à la folie pour leur bien-aimé.


Source : Horst Koegler (traduction Virginie Bauzou), livret ARTHAUS Musik

Masilo, Dada

Née en 1986 à Soweto, township de Johannesburg, Dada Masilo, se forme essentiellement à la Dance Factory de Newton, le quartier culturel de Johannesburg, ainsi qu'à la National School of Art (Johannesburg) et au Jazzart Dance Theater du Cap. En 2005, elle intègre pour deux ans l'école PARTS (Performing Arts Research and Training Studios) d'Anne Teresa de Keersmaeker à Bruxelles où elle découvre entre autres l'univers de Trisha Brown et de Pina Bausch, et crée « The World, My Butt and other big round things ».

De retour en Afrique du Sud, elle crée « Love and other four letter words » en 2008, évocation de la pandémie du Sida, et oriente son travail vers la relecture de ballets classiques (« Roméo et Juliette » en 2008, « Carmen » en 2009), dont elle s'approprie les codes qu'elle travestit, les mélangeant avec humour à d'autres esthétiques chorégraphiques. En 2011, elle reçoit le prix danse Standard Bank Young Award, l'une des récompenses sud-africaines les plus réputées, tandis que le quotidien sud-africain The Star distingue son travail « The Bitter end of Rosemary » en l'inscrivant à la liste des cent plus belles réussites de l'année : elle y interroge le personnage d'Ophélie tiré d' « Hamlet », en donnant à la folie du personnage un caractère de grande vulnérabilité. Ce solo sera la première pièce de D. Masilo visible en France, au festival Anticodes de Brest en mars et au festival Fragile Danse au Théâtre des Bouffes du Nord en novembre 2011. Invité lors de la Biennale de la danse de Lyon en 2012, elle y donne « Swan Lake » largement diffisé sur le territoire français en 2013 et en 2014.

Programmés dans tous les festivals d'Afrique du Sud, notamment au réputé festival Dance Umbrella, les spectacles de Dada Masilo tournent ainsi en Tanzanie, au Mali, au Mexique, en Israël, et en Europe (Belgique, Hollande, Italie, France... ) et rencontrent un succès tant public que critique.

Elle collabore avec de nombreuses personnalités de la scène artistique sud-africaine. Ainsi, en 2013, elle co-signe « Refuse the hour » avec le plasticien et metteur en scène William Kentridge, commande et danse « In creation » au chorégraphe Gregory Maqoma dans le cadre du Sujet à vif à Avignon, ou encore « Deep night » avec P. J. Sabaggha et son collectif The Forgotten Angle. Elle forme également de jeunes danseurs et anime régulièrement des ateliers aux Etats-Unis.


Plus d'informations : theartchive.co.za/dada-masilo

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.


Source : Maison de la Danse, Fabien Plasson

Giselle

Chorégraphie : Dada Masilo

Musique originale : Philip Miller

Lumières : Suzette le Sueur

Costumes : Donker Nag Helder Dag, Those Two Lifestyle

Autres collaborations : William Kentridge (dessins)

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Production Dada Masilo/The Dance Factory. Coproduction Joyce Theater’s Stephen and Cathy Weinroth Fund for New Work, Hopkins Center- Dartmouth College, Biennale de la danse de Lyon 2018, Sadler’s Wells - Londres, La Bâtie / Festival de Genève

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Maison de la Danse de Lyon - Fabien Plasson, 2018

Nos suggestions de videos
02:55

Relâche

Börlin, Jean (Relâche)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Eins Zwei Drei

Zimmermann, Martin (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Drumming / Fragment #3

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:24

Drumming / Fragment #2

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:30

Drumming / Fragment #1

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
05:26

Re:Rosas!

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:56

Ligne de crête

Marin, Maguy (France)

  • Ajouter à la playlist
02:58

Deux-mille-dix-sept

Marin, Maguy (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Hard to be soft

Doherty, Oona (France)

  • Ajouter à la playlist
03:04

Lobby

Zebiri, Moncef (France)

  • Ajouter à la playlist
03:42

Seeds (retour à la terre)

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
09:13

Le Jardin [remontage 2014]

Ficely, Julien (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Carmen

Inger, Johan (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Moeder

Carrizo, Gabriela (France)

  • Ajouter à la playlist
02:52

Tristan & Isolde, "salue pour moi le monde !"

Bouvier, Joëlle (Switzerland)

  • Ajouter à la playlist
11:50

La Chambre d'amour

Malandain, Thierry (France)

  • Ajouter à la playlist
02:44

Vader

Carrizo, Gabriela (France)

  • Ajouter à la playlist
02:43

La Belle au bois dormant

Massin, Béatrice (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Soon

Jones, Bill T. (France)

  • Ajouter à la playlist
03:41

Compagnie L'Octogonale - Focus - Heimat

Brabant, Jérôme (Reunion)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Sacré Sacre

Webdoc

Julie Charrier

Sacré Sacre

Webdoc

Classique, tellurique, chamanique, révolutionnaire ? Le 29 mai 1913, la première du "Sacre du printemps" de Nijinski fit scandale. Ce webdoc vous raconte l'histoire de cette pièce majeure qui a inspiré tant de chorégraphes.
Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Quand le réel s'invite

Parcours

Centre National de la danse

Quand le réel s'invite

Parcours

Comment les œuvres témoignent-elles du monde ? L’artiste contemporain est-il lui-même le produit d’une époque, d’un milieu, d’une culture ?  

Découvrir
En savoir plus

Danse et performance

Parcours

Marie-Thérèse Champesme

Danse et performance

Parcours

 Echantillon d’extraits des figures burlesques de la Performance en danse.

Découvrir
En savoir plus

Pantomimes

Parcours

Sarah Nouveau

Pantomimes

Parcours

Présentation de la pantomime dans les différents courants de la danse.

Découvrir
En savoir plus

Féminin - Masculin

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Féminin - Masculin

Parcours

Promenade entre les différentes conceptions et réceptions des genres dans les différents styles et époques de la danse.

Découvrir
En savoir plus

Rituels

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Rituels

Parcours

Découvrez comment la notion de rituel prend sens dans diverses danses à travers ces extraits.

Découvrir
En savoir plus

La relecture des œuvres

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

La relecture des œuvres

Parcours

Certains grands spectacles sont revisités à travers les siècles. Voici deux exemples de pièces relues par différents chorégraphes.

Découvrir
En savoir plus

L'artiste engagé

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

L'artiste engagé

Parcours

Dans tous les arts et ici spécialement en danse, l’artiste crée parfois pour défendre une cause, dénoncer un fait, troubler, choquer. Voici un panorama de quelques créations chorégraphiques « engagées ».

Découvrir
En savoir plus

Des genres et des styles

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Des genres et des styles

Parcours

La danse est un terme bien vaste qui comprend beaucoup de spécificités. Ils dépendent de la culture d’un pays, d’une époque, d’un lieu. Ce Parcours propose une visite entre les genres et les styles de la danse.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus