Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Les fuyantes

Maison de la Danse de Lyon 2012 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Gibé, Boris (France)

Producteur vidéo : Choses de rien (Les);Maison de la Danse

Integral video available at Maison de la danse de Lyon

Les fuyantes

Maison de la Danse de Lyon 2012 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Gibé, Boris (France)

Producteur vidéo : Choses de rien (Les);Maison de la Danse

Integral video available at Maison de la danse de Lyon

Les fuyantes

La recherche de Boris Gibé et Camille Boitel s'articule essentiellement autour de la perception du monde, de la mise en perspectives, et de la recherche du point de fuite. Dans un univers burlesque, Les Fuyantes emmène le spectateur dans une déconstruction de ses repères, lui proposant un nouvel angle d'observation... La réalité n'est-elle pas qu'une construction ?

Les Fuyantes traite de la perception de la réalité dans la société numérique de demain. C'est une véritable prise de recul sur le système de pensée actuel et particulièrement sur la place qu'a pris le virtuel sur ce qui étaient, encore récemment, des réalités tangibles.

Pour cette nouvelle création, Boris
 Gibé s'appuie de nouveau sur les arts du cirque mais également sur la danse acrobatique, l'exploration aérienne, la manipulation d'objets...
 La scénographie repose sur un principe évolutif faisant apparaître d'un espace vide, une boîte à magie, sorte d'écran déformable en lycra, baptisée
 la monade. Elle donne la sensation de troubles optiques grâce à des projections de lignes de fuites, de lumières et d'ombres projetées sur des volumes, mobiles et déformables. Le décor mouvant et les corps en mouvement, en perpétuelles transformations, emmènent le public vers des territoires instables, en jouant de sa confiance en l'image.
 Boris Gibé et Camille Boitel ont travaillé pendant deux ans sur la création de cette architecture insensée. Dans un premier temps, le spectateur assiste à la construction d'une ville, dont les lignes d'horizons sont étirées. En lutte pour 
ne pas perdre le point de fuite, les cinq interprètes sont très vite victimes de cette drôle de ville géométrique jusqu'à s'y retrouver enfermés. Les acrobates ne sont alors plus que des corps en mouvement qui dépendent les uns des autres. Ils marchent, dansent sur les murs, grimpent à la verticale. Dans un système devenu autonome, chacun tente de redevenir partisan d'une réalité qui lui échappe.

La démarche : le fond, le sens, la forme

Pour bouleverser, toucher profondément, la Cie les Choses de rien souhaite emmener ses spectateurs vers une évasion, une réflexion, un retour aux sources. C'est l'ambition d'offrir à chacun un élan de reconstruction, de remise en question... Ainsi naît un univers fort qui ne tient qu'à un fil, une forme intime où chaque spectateur est convié à la réalité éphémère de la représentation ; placé en position d'acteur de sa propre lecture, il peut ainsi créer sa vision personnelle de ce qui ne lui est que suggéré.
alors, dans la générosité, l'émotion, peut se révéler toute la fragilité poétique de l'instant.

Une écriture évolutive

C'est dans un long processus de création en aller-retour entre laboratoires
 de recherches sur le mouvement, résidences d'écriture, constructions scénographiques, réalisations de courts-métrages, improvisations, que se développe et se finalise l'écriture scénique. Les procédés utilisés pour développer ce scénario s'appuient également sur des nouvelles conventions liées à l'imagerie virtuelle (défragmentation de l'image, zoom dans le plan, simulations 3D), ainsi que sur le détournement de conventions plus théâtrales : monde parallèle, huis clos, espace évolutif, labyrinthe spatio-temporel, principe de « mise en abîme »... Ces notions nous permettrons d'immerger le public dans un espace déroutant sans cesse son point de vue.

D'où part le mouvement ?

D'une histoire commune provenant
 de notre vie itinérante circassienne et d'une même volonté à s'affranchir de notre pratique initiale pour s'orienter vers l'écriture d'une nouvelle forme de langage chorégraphique, nous poussons le corps à de nouvelles limites quant à sa maîtrise au sol ou dans les airs. Les techniques gestuelles des interprètes se construisent à partir de la dramaturgie du spectacle qui elle-même s'en nourrit jusqu'à son écriture finale.
 Un attachement à l'essence du cirque
.

Le cirque reste la matrice de nos projets. Ce n'est pas la spécificité démonstrative, colorée ou festive qui nous y lie, mais bien plus simplement sa manière d'approcher le public, sa faculté à toucher universellement, son aptitude à briser les frontières, à dépasser les limites. Car le cirque est multiple, se nourrit de toutes les disciplines artistiques pour mieux se révéler “art populaire“ tout en restant inventif et exigeant.
 Nourri par la danse acrobatique, l'exploration aérienne, la manipulation d'objets, nous développerons ces techniques sur des matériaux tels que : des échafaudages, sangles rebondissantes, escaliers, échelles, sols glissants, treillis métalliques, plaques de bois et de plexiglas, murs d'escalades recouverts de lycra, aimants, cordes, élastiques...)
. Le vocabulaire utilisé est ludique dans sa forme. En redonnant une certaine légèreté à la dramaturgie, ainsi redensifié celui-ci touche au plus direct...


Source : Maison de la Danse - Programme de salle

Gibé, Boris

Concepteur du projet les Choses de Rien, acteur de cirque et danseur.

Immergé dès son plus jeune âge dans
 le monde du cirque et de l'itinérance, Boris connaît ses premières expériences professionnelles à l'âge de douze ans. Cofondateur de la Cie Zampanos en 1996, il tourne quatre créations qui sillonnent les villages de France et 14 pays d'Afrique en 2003. Il a confirmé depuis le choix d'une vie itinérante. Viennent les rencontres, les échanges avec d'autres compagnies qui le mènent à jouer avec : le Cirque Médrano, la Cie Cahin Caha, la Cie DCA (Philippe Decouflé), la Cie Ezec le Floc'h, Clowns sans Frontières, Néry, les Ogres de Barback , le Cirque Electrique, le Cirque Pocheros, la Cie Christophe Haleb - la Zouze, la Cie les Cambrioleurs – Julie Bérès, Kitsou Dubois...

Début 2004, Boris fonde la Cie Les Choses de Rien avec laquelle il crée Le Phare qui reçoit la bourse Beaumarchais- SACD et le prix Jeunes Talents Cirque 2004. Il créé ensuite Installation Tripode et Bull.


Source : Programme de salle Maison de la Danse 


En savoir plus : leschosesderien.com

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.


Source : Maison de la Danse, Fabien Plasson

Les fuyantes

Direction artistique / Conception : Boris Gibé

Interprétation : Florent Blondeau, Anna Calsina Forrellad, Boris Gibé, Xavier Kim, Eric Lecomte

Mise en scène : Camille Boitel

Scénographie : Boris Gibé

Lumières : Annie Leuridan

Costumes : Florinda Donga

Décors : Antoine Villeret (conception du dispositif interactif) / Cyrille Henry (dispositif temps réel) / Nil Admirari, Les Choses de Rien
 (construction décor)

Direction technique : Bertrand Duval

Son : Antoine Villeret / Fabrice Duhamel (régie)

Autres collaborations : Olivier Arnaud, Camille Baudelaire, Cyrille Henry, Annie Leuridan, Emmanuelle Vié le Sage, Antoine Villeret (créations images) / Mathieu Delangle (régie plateau et construction machinerie) / Mathieu Delangle, Marinette Julien (régie plateau en alternance)

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Maison de la Danse de Lyon

Durée : 60'

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus