Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Malandragem

Malandragem

Malandragem

Quelque part dans un port à la verticale du Brésil sont assis, dans un lieu qui leur semble familier, des malandros. A la fois Arlequin(s) et Robin(s) des Bois, ces personnages populaires naviguent entre mythe et réalité, honnêtes de coeur et malhonnêtes par nécessité. Débrouillards, malicieux, ils se tirent avec élégance des situations les plus périlleuses. De leurs rencontres, de leurs désirs, de leur passé d’esclaves, de la samba, de la plage, jailliront la danse. La malandragem, c’est un état d’esprit, une malice poétique qui s’offre comme un bouquet éphémère.

Pièce chorégraphique pour neuf danseurs, créée en mai 2005 par Bouba Landrille Tchouda dans le cadre de l’année du Brésil en France, malandragem est un spectacle surprenant, un heureux mélange de hip hop et de capoeira construit autour de cette notion de ′′malandragem′′, en résonance avec la philosophie du ′′s’en sortir′′.

Source : Cie Malka

Générique

Pièce chorégraphique franco-brésilienne pour 9 danseurs
Création 2005
Images Charles Picq

chorégraphie Bouba Landrille Tchouda
Interprétation Si’mhamed Benhalima, Cédric Guéret , Vilson dos Reis Silva, Celso Arouche Prazeres, Edson Goncalves (Toneiro), Christophe Roser (Chicopop), Thiago Martins Nascimento, Ricardo Venancio de Oliveira
Dramaturgie Guy Boley
Musique Henry Torgue
Scénographie Rodrigue Glombard
Lumière Fabrice Crouzet
Costumes Claude Murgia
Son Éric Jury
Coproduction La Rampe - Échirolles, le Grand Angle - Voiron, La Maison de la Danse - Lyon avec le soutien de la ville d’Échirolles, la ville de Lyon, le conseil général de l’Isère, la région Rhône-Alpes, la Drac Rhône-Alpes / ministère de la Culture, l’année de la france au brésil, le Fasild, l’Alliance française de Sao Luis, et Culturesfrance Mécénat Compagnie aérienne brésilienne Varig, Sesc de Sao Luis

Tchouda, Bouba Landrille

Comme pour beaucoup de danseurs hip-hop, son apprentissage démarre de manière autodidacte. En 1995, il décide de fonder la compagnie Aca à Saint-Martin-d’Hères, avec Habib Adel, danseur de la même génération. Leur première création, présentée en 1996 dans le cadre des Rencontres Danse Ville Danse à Paris, leur permet de devenir une compagnie de référence en matière de danse hip hop dans la région Rhône-Alpes.

Bercé par les cultures urbaines et les cultures du monde, Bouba Landrille Tchouda aborde la danse sous une multitude de facettes, hip hop, capoeira, danse contemporaine. Son parcours métissé, fait de rencontres originales, alimente son exploration des infinies possibilités du langage de la danse, cherchant à en repousser ses limites, à dépasser les barrières de genres. Il collabore avec des artistes aux esthétiques diverses dont la compagnie Accrorap en tant que danseur-chorégraphe ou le chorégraphe Jean-Claude Gallotta avec lequel il crée le duo SMH. Il fait partie de ces danseurs-chorégraphes issus de la mouvance hip hop qui a su développer une écriture chorégraphique contemporaine singulière. Les tournées nationales et internationales qu’il effectue lui permettent aujourd’hui de se positionner en tant que chorégraphe au-delà de nos frontières.
 

En 2001, il fonde la compagnie Malka et créera, en association avec la Rampe-Echirolles, scène conventionnée pour la danse, les pièces Malandragem, Des Mots, Regarde-Moi, Meia Lua, spectacle franco-brésilien produit dans le cadre de l’année de la France au Brésil puis Murmures avec le concours du Théâtre National de Chaillot et présenté notamment à l’occasion de la Biennale de la Danse de Lyon en 2012.


Source : Site de la Cie Malka


En savoir plus : ciemalka.com

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus