Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

DéBaTailles

Maison de la Danse de Lyon 2008

Chorégraphe(s) : Plassard, Denis (France)

Producteur vidéo : Maison de la Danse

Integral video available at Maison de la danse de Lyon

DéBaTailles

Maison de la Danse de Lyon 2008

Chorégraphe(s) : Plassard, Denis (France)

Producteur vidéo : Maison de la Danse

Integral video available at Maison de la danse de Lyon

Débatailles

Aussi cruelle qu'un débat politique, aussi féroce qu'une cour de récréation, aussi stricte qu'une partie de catch, aussi mouvementée qu'une salle des marchés, l'arène de DéBaTailles est un nouvel espace de confrontation.Le spectacle se déroule comme une compétition. Deux équipes (les blonds contre les bruns !) s'affrontent autour de défis dansés. Les interprètes peuvent passer d'un camp à l'autre en changeant de perruque. Comme dans un débat, les candidats s'opposent avec élégance et courtoisie mais les coups bas sont permis. Ils se lancent dans des batailles sans merci : leurs armes sont la fantaisie, l'ingénuosité, la dérision, l'humour et un rien de méchanceté.

«J'ai toujours été fasciné par les danses «sociales» : des danses traditionnelles jusqu'aux battles hip hop. Il y a dans ces traditions chorégraphiées un rapport premier à la danse qui replace l'homme au coeur d'un groupe. La chorégraphie s'organise suivant une logique interne, une culture, une histoire, elle n'est pas tournée vers l'extérieur (un public abstrait) mais vers l'ensemble du groupe. Il est passionnant de jouer avec ces codes et d'inventer des traditions originales. Il y a là une source inépuisable de jeu. J'aime construire les bases de nouveaux folklores pour les danser comme s'ils étaient ancestraux. Le défi (pour s'imposer au groupe) est une composante naturelle des danses collectives. Il a évidemment sa place dans nos batailles.»

Denis Plassard

Générique

Chorégraphie Denis Plassard
Interprétation Compagnie Propos
Conception, direction Denis Plassard
Avec la complicité des interprètes interprètes Xavier Gresse, Sylvain Julien, Jim Krummenacker, Vincent Martinez, Denis Plassard musiciens (interprétation, composition) Nicolas Allemand ou Quentin Allemand (percussions), Jean-Paul Hervé (guitare), Norbert Pignol (accordéon)
Création lumières Nicolas Boudier
Scénographie Nicolas Boudier, Denis Plassard
Costumes Béatrice Vermande, Julie Lascoumes, Natacha Costechareire
Perruques José De Pedro
Répétitrice Géraldine Mainguet
Régie générale Sébastien Revel
Régie lumières Nicolas Boudier ou Dominique Legland
Régie son Éric Dutrievoz ou Emmanuel Sauledubois
Coproduction Maison de la Danse/Lyon, Château-Rouge/Annemasse, Le Théâtre/Le Puy-en-Velay, Théâtre Durance/Château-Arnoux-St-Auban, Compagnie Propos
Projet soutenu par la Région Rhône-Alpes dans le cadre de l'APSV «Réseau des villes»
La Compagnie Propos est conventionnée par le Ministère de la Culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), la Région Auvergne-Rhône-Alpes et subventionnée par la Ville de Lyon.

Réalisation vidéo Charles Picq date du document vidéo 2008 production Maison de la Danse

Durée de l'œuvre 1h20

Plassard, Denis

Denis Plassard a commencé à danser sur un malentendu : emmitouflé dans du papier crépon pour le spectacle de fin d'année de son école maternelle, il était persuadé que les pas avaient une signification et que l'assemblage de ces pas construisait des phrases qui racontaient une histoire... Depuis cette époque, une question (un peu décalée pour un danseur/chorégraphe) le hante : que signifie le mouvement ? Que dit-on en bougeant ?

Après une formation en danse classique et contemporaine au Conservatoire National de Région puis au CNSMD de Lyon, il danse pendant deux saisons avec la Compagnie de la Place Blanche (Josette Baïz - Aix en Provence).

En 1990, Denis Plassard crée le solo "Propos" qui donnera son nom à la compagnie qu'il fonde l'année suivante.

Dès ses débuts, il tente de tisser des liens dynamiques entre la parole et le mouvement et explore la question du sens et le rapport entre le texte et le geste ("Propos Solo", "Pour Voir, "D4", "Issue de secours", "Anecdote", "En Pièces"...). Dans "Ondes de choc" puis dans "Parloir", "Discours", "Camping" ou encore "Rites", il prolonge sa recherche autour de la parole. Les mises en scène du "Terrier" de Kafka et de "Chalet 1" d'André Baillon lui permettent de mettre en mouvement des comédiens dans des partitions millimétrées.

Qu'elle soit enregistrée, déclamée ou chantée, compréhensible ou non, la parole est un élément important du travail du chorégraphe.

Son écriture chorégraphique se nourrit du décalage et n'hésite pas à utiliser le ressort de la dérision et de l'humour. Tenace (sur ses questions d'enfant) et curieux, il recherche inlassablement les frottements, les rencontres avec des esthétiques et des univers différents.

Pour "Elle semelle de quoi ? (Carmen)" et "L'affaire de la rue de Lourcine", il travaille avec des danseurs hip-hop ; les objets et personnages de Michel Laubu du Turak accompagnent les quatre chorégraphies de L.O.U.P... Artiste invité au CNAC à Châlons-en-Champagne, il y travaille avec les étudiants-circassiens et de cette collaboration naît "ZOOO", spectacle créé sous chapiteau. En 2008, il réunit des interprètes issus de ces aventures indépendantes (danseurs contemporains, circassiens et danseurs hip-hop) pour la création "DéBaTailles".

Le jeune public n'est pas oublié, avec le spectacle d'ombre "Danlécoin" et le jeu de manipulation verbale "Suivez les instructions".

La recherche autour de la manipulation et du dédoublement constitue un autre axe important : sous la forme d'un solo pour un danseur bicéphale dans "Derrière la tête" ou celle d'un spectacle roman-photo avec "Les cadavres se regardent dans le miroir", ou encore par le truchement de la magie dans "Encore quelques illusions".
Denis Plassard explore encore le thème de la manipulation dans une trilogie, dont le premier volet est un conçu pour le jeune public : "Suivez les instructions". Le cycle se poursuit avec une chorégraphie pour marionnettes et danseurs manipulateurs, et se clot avec un solo sur l'opéra "Macbeth" de Verdi : un danseur équipé de capteurs de mouvements anime en direct tous les personnages de l'opéra.

De Kafka à Daniel Mermet, de Bizet à Labiche, des planches à la piste, les idées se bousculent et les genres se rencontrent : hip-hop, vaudeville, cirque, musique classique ou électronique, danse et textes.


Source : Site de la companie Propos


En savoir plus : compagnie-propos.com

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus